Nouveautés

21

JUIL., 2019

En mars 2019, l’IFAB (International Football Association Board), l’organe garant des lois du jeu du football, a adopté des modifications importantes des règles. Voici un aperçu de ce qui va changer sur les terrains de football suisses dès la nouvelle saison.

Nouvelle saison, nouvelles règles! Seule à pouvoir les modifier, l’IFAB a pris l’initiative de changer quelques règles. Les plus importantes concernent la faute de main. Tandis que les mains «volontaires» demeurent passibles de sanctions, la loi propose maintenant une plus grande clarté quant à la décision de siffler – ou non – une faute, lorsque le ballon touche «accidentellement» le bras ou la main d’un joueur. La philosophie qui a guidé les choix de l’IFAB fonde sur les considérations suivantes:

Pour les attaquants:
Les buts marqués de la main ou du bras par un joueur de l’équipe attaquante ne comptent pas, qu’il y ait eu intention ou non de toucher la balle.

Il en va de même pour les buts précédés d’un contact de la main/du bras d’un joueur de l’équipe attaquante, sur l’action directe amenant le but. Ce but ne sera pas validé.

Pour les défenseurs:
Lorsque le défenseur saute (consciemment) pour s’opposer à un tir de l’adversaire et qu’il agrandit la surface de son corps avec ses bras, il se procure un avantage. S’ensuit donc une sanction.

Si deux joueurs (par exemple dans un duel aérien) sont à la lutte pour le ballon et que celui-ci rebondit de manière inattendue ou surprenante sur le bras de l’un des joueurs, il n’y a pas d’infraction.

Si un joueur tombe ou tacle et que son bras/sa main lui sert à amortir la chute au sol, il n’y a pas d’infraction.

Mais si la main/le bras est au-dessus du niveau de l’épaule dans un même genre d’action, on considère qu’il n’y a pas de posture naturelle de la main/du bras, le joueur prenant délibérément un risque, que ce soit en sautant, en taclant ou en tombant, alors il y a sanction.

Lorsque la balle rebondit depuis une autre partie du corps d’un coéquipier ou d’un adversaire à proximité, le contact avec le ballon est presque impossible à éviter. Ce n’est donc pas une infraction (sauf si le bras est levé au-dessus des épaules ou s’il est tenu dans une posture clairement non naturelle).

Si le bras se trouve dans une position naturelle le long du corps, il n’y a pas de faute de main à sanctionner.

Conclusion:
Dans l’ensemble, les cas explicitement décrits sont désormais plus nombreux et clairement définis. Fondamentalement, la définition de faute de main ou non se base à l’avenir davantage sur la notion de risque que prend un joueur, plutôt que sur son intention.

La distinction entre une attitude «naturelle» ou «non naturelle» est élémentaire et également fonction de l’ampleur du «risque» que prend un joueur dans une situation donnée. À quelques exceptions près, une main/un bras touchant le ballon au-dessus de l’épaule, sera sanctionnée.

Voici les autres modifications qui doivent être connues des fans de football:

CHANGEMENT DE JOUEUR Un joueur remplacé devra quitter le terrain par la ligne de touche ou de fond la plus proche de l’endroit où il se trouve. Cette innovation devrait contribuer à minimiser la perte de temps.
CARTONS JAUNES ET ROUGES CONTRE LE BANC DE TOUCHE L’arbitre pourra infliger un carton jaune ou rouge à un officiel d’équipe en cas de mauvaise conduite. Si le contrevenant ne peut pas être identifié, c’est l’entraîneur en chef qui recevra le carton. La sanction ultérieureme sera comparable à celle d’un joueur et prononcée par le juge de la Commission de contrôle et de discipline SFL.
BALLE D’ARBITRE La nouvelle procédure vise à ne plus disputer les balles d’arbitre. L’arbitre rendra le ballon à un seul joueur, tous les autres devant se tenir à quatre mètres au moins. Le jeu se poursuivra normalement, sans que le joueur ne rende la balle à l’adversaire. Si la balle d’arbitre se situe dans la surface de réparation, elle sera effectuée au bénéfice du gardien de but.
UN OFFICIEL TOUCHE LE BALLON Si un officiel de match (l’arbitre) touche le ballon et que celui-ci revient alors à l’autre équipe (ou s’il atterrit directement dans le but), le jeu se poursuit avec une balle d’arbitre (voir ci-dessus).
MUR LORS D’UN COUP FRANC Si l’équipe qui défend forme un mur de trois joueurs ou plus, les joueurs de l’équipe qui attaque doivent se tenir à au moins un mètre de ce mur. Un coup franc indirect sera accordé à l’équipe qui défend en cas de non-respect de cette distance par l’équipe qui attaque.
PENALTY Lors de l’exécution d’un penalty, le gardien de but doit avoir au moins une partie d’un pied sur ou au-dessus de la ligne de but. A ce jour, le gardien devait avoir ses deux pieds sur la ligne de but. Tant que le gardien à un pied sur ou au-dessus de la ligne de but pendant l’exécution du coup de réparation, il peut avancer le reste de son corps.
SORTIE DE BUT Lors d’un coup de pied de but ou d’un coup franc dans sa propre surface de réparation, le ballon n’a pas à quitter les seize mètres pour qu’un coéquipier puisse le jouer. Si un adversaire se trouve dans la surface de réparation et intercepte le ballon ou entame un duel avec un adversaire pour conquérir la balle, le coup de pied de but est répété. Si pendant l’exécution du tir au but, des adversaires se trouvent toujours dans la surface de réparation, mais restent passifs, l’arbitre laisse poursuivre la partie.
 
Sources : sfl.ch

Toujours au courant de ce qui se passe ?
Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

  .       .

Share This